La photo, ça me reprend

Il faut dire que j’ai été pour cela furieusement aiguillonné par une ch’tite bestiole. Un rouge-gorge, a robin, pour être précis. Qui, pendant les travaux d’automne au jardin, est devenu incroyablement familier. Au point de grapiller des insectes quasi entre nos jambes pendant le bêchage… ou se laisser portraiturer à moins de deux mètres.

Allez, je vous laisse juge, voilà ce petit cabotin du jardin :

Le rouge-gorge